Histoire

Notrehistoire

C’est en 1962 que débute la construction du café/restaurant « Le Clair-de-Lune ». A cette époque, il n’y avait aucun business plan… Jean Evéquoz, se lança aveuglément dans cette aventure, avec comme motivation sincère et profonde, d’accueillir avec cœur ses futurs hôtes… L’exploitation débute avec au rez du bâtiment un petit magasin et à l’étage un café et de la restauration. En Valais, les années 60 sont synonymes de grand boom touristique. Ce développement permet d’enrayer l’exode des populations de montagne vers les centres urbains.

Jean Evéquoz, pense que cela sera certainement le cas dans les Mayens-de-Conthey. Cependant en 1972, avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur l’aménagement du territoire, les Mayens-de-Conthey sont déclarés zone agricole, et toute construction nouvelle interdite.


Dans un tel contexte, Jean et son épouse Annette, durent beaucoup batailler pour maintenir « Le Clair-de-Lune » à flots. L’établissement fonctionne surtout en période estivale. Le valaisan, fidèle à l’esprit de « transhumance », monte au mayen surtout en été et redescend à la fin août pour le début de l’école et les vendanges.

Nombreux sont les clients de cette époque qui nous racontent des soirées mémorables. Parfois, à minuit, s’ils voyaient briller la lumière du « Clair-de-Lune », depuis la plaine, ils montaient et festoyaient jusqu’au matin. Les lois étaient très souples… les distractions peu nombreuses …et la convivialité primordiale…

Avec le décès prématuré de Jean, le 29 octobre 1986, une page se tourne. Son fils, Pierre-Marie, qui vient juste de terminer son apprentissage de cuisinier, se retrouve derrière les fourneaux.


Petit à petit, il développe son style. Une cuisine qui reflète le terroir de notre canton et les plantes sauvages et comestibles des mayens… L’utilisation d’un tableau noir, comme carte, lui permet de cuisiner à la minute, des produits frais et d’adapter l’offre en permanence, en fonction du marché, de la nature environnante et de l’affluence qui en montagne et en dehors des sentiers battus, n’est pas toujours régulière.
Dès le début du mois d’octobre, un temps fort débute avec la saison de la chasse, au cours de laquelle, le gibier indigène est privilégié.

Simplicité, respect de la nature et du naturel, produits frais et locaux, accueil cordial sont nos leitmotiv. Comme l’histoire du « Clair-de-Lune » qui ne s’est pas bâtie sur du « rationnel »…

Après le décès d’Annette, en novembre 2013, la 2ème génération poursuit cette aventure. .., pleine d’émotions, de souvenirs, d’échanges, de liens d’amitié tissés avec les clients…